Quelques questions

Pourquoi des bateaux existants ?

Parce qu’ils existent ! toute la flotte existante devra rapidement réduire sa consommation d’énergie fossile et la pollution associée. Les procédés qui seront validés sur les caboteurs du projet pourront être reproduits sur d’autres bateaux. En attendant, hybrider un bateau existant, par exemple en lui ajoutant des voiles auxiliaires ou une propulsion hybride parallèle, reste d’un prix raisonnable et permet d’étudier sereinement la rentabilité économique du projet.

Pourquoi un bateau hybride et non pas un “vieux gréement” ou un caboteur à voiles ?

Parce que le cabotage de port en port exige une certaine régularité assez peu compatible avec les caprices du vent. Dans le “pire des cas” (qu’il faut toujours envisager), il est nécessaire d’avoir une solution de secours totalement fiable. La propulsion hybride parallèle, par exemple, permet d’ajouter assez facilement un moteur électrique au moteur en place, ce qui ouvre la question de la production d’électricité à bord d’un bateau.

Et la rentabilité ?

Cette notion de rentabilité doit être prise sous deux aspects.

  • Dans la société libérale actuelle, la rentabilité sera péniblement assurée, car le transport par camions offre bien plus de souplesse et de rapidité. De plus, le marché est entièrement à créer car le cabotage de proximité a disparu. Dans ces conditions, il est légitime de se poser la question.
  • Mais, d’autre part, il est nécessaire de réduire drastiquement les émissions de CO2 et la consommation d’énergie fossile. Ne rien faire c’est se voiler la face et participer malgré nous au dérèglement climatique. C’est pourquoi Avel Marine lance son projet en prenant un certain nombre de précautions, sans viser à en faire une affaire commerciale juteuse.

=> Retour à l’accueil

=> Page suivante